Ce que les vétérans disent de la #CLAAC

Voilà deux semestres entiers que la plupart des enseignants participants au projet de recherche utilisent une classe d’apprentissage actif. Certains utilisent les pédagogies actives depuis longtemps (jusqu’à 8 ans) alors que d’autres en étaient à leurs premières armes au début du projet. Nous avons posé à ces vétérans de la CLAAC, la question suivante:

« Vous rencontrez un collègue qui manifeste un intérêt pour l’enseignement dans une classe d’apprentissage actif, quels sont vos conseils ? »

Pour simplifier votre lecture, les réponses sont regroupées en trois volets, soit le nouveau rôle de l’enseignant, la planification pédagogique et les premières actions à entreprendre. Il s’agit d’un assemblage fidèle des conseils qui ont été le plus souvent mentionnés.

1. Nouveau rôle de l’enseignant

Le changement de rôle de l’enseignant dans une CLAAC pourrait vous surprendre. Vous pourriez même vous interroger sur la position à occuper au moment de donner des consignes. La symétrie de l’aménagement conduit à une disparition du « devant » de la classe. Vous parlerez en vous tenant au milieu de la classe, en faisant dos à la moitié des étudiants, ou bien serez vous situé à une extrémité de la classe, pendant que la moitié des étudiants vous tourneront le dos ? Cet exemple illustre bien la remise en question de plusieurs comportements et aspects de l’enseignement que l’on tient pour acquis dans une classe traditionnelle.

Essayer l’apprentissage actif, c’est aussi perdre le contrôle du rythme de l’apprentissage. Les étudiants ne feront plus autant attention à vous. En fait, vous aurez parfois du mal à les arrêter pour donner des consignes supplémentaires. Pendant que les étudiants travaillent, il sera important de circuler dans la classe en veillant sur les interactions entre eux et en étant attentif aux obstacles qu’ils rencontrent. L’affichage des travaux sur les tableaux est utile ici.

Vous perdrez en contrôle d’un côté, mais ce sera au profit d’un gain de temps pour observer et travailler directement avec les étudiants. Vous pourrez ainsi mieux connaître leurs préférences, leurs inquiétudes et leur niveau de maîtrise.

2. Planification pédagogique

Attention au temps à investir! Au début, ne changez pas trop de choses à votre planification. En fait, il est judicieux de modifier une activité existante. Il est important aussi d’exiger une production de la part des étudiants, par exemple un problème à compléter sur une feuille de papier. En d’autres mots, il faut que les étudiants produisent quelque chose qui témoigne de leur apprentissage et qui pourra servir à la rétroaction. Pour plus d’effets, cette production peut être présentée aux autres étudiants et comporter un volet individuel.

Prenez soin de ne pas sous-estimer le temps réservé à l’appropriation de nouvelles choses par les étudiants, par exemple les outils collaboratifs ou la recherche de documents sur internet. N’hésitez pas à avertir les étudiants qu’il s’agit d’un essai et pourquoi. Vous ne serez peut-être pas satisfait du résultat, mais vous pourriez aussi avoir le plaisir de trouver des étudiants dynamiques et motivés.

Avec l’expérience, vous verrez que la planification des cours ne se fera plus en fonction de ce que vous allez faire, mais bien de ce que les étudiants feront.

3. Premières actions

Vous êtes invités à poursuivre la réflexion avec quelqu’un qui a déjà utilisé ce type de classe. Il est préférable de ne pas être seul dans cette aventure. Des activités conçues pour les CLAAC sont disponibles en ligne et ceux qui ont utilisé ces classes prennent souvent un grand plaisir à partager. Dans certains cas, un collègue enseignant ou conseiller pédagogique est venu aider en classe lors du premier essai.

On vous conseille de visiter une classe d’apprentissage actif. N’hésitez pas à marcher entre les tables, puis vous diriger vers le centre. Il se peut que vous sentiez quelque chose de différent,  sans savoir exactement pourquoi.

Bref

En sommes, les vétérans de la CLAAC nous livrent des conseils qui contrastent avec plusieurs messages extrêmement enthousiastes sur les pédagogies actives. Si vous avez remarqué quelques appels à la prudence dans ces conseils, il est important de souligner que tous les répondants souhaitent continuer d’enseigner dans une CLAAC.

Bref, ça vaut le coup !

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *